Loubna Kadiri Hassani

« Il faut rêver le rêve et y croire passionnément, le ciel deviendra la limite! »

Née le 12 Aout
À Fès
Vit à New York City
Poste actuel : Expert Digital chez TEGNA, Inc.

D’où venez-vous et où vivez-vous ?

Je vis actuellement à New York City et me rend souvent à Fès, Casablanca et Marrakech.

Originaire de la ville de Fès, j’ai toujours été très fière de mes origines, grandissant entre ma maman, mes tantes et mes grands-mères. Mes weekends de jeune fille étaient souvent chez mes grands parents, et mes tantes paternelles dans la grande maison du quartier Mekhfiya, où je courrais tous les weekends dans le Ryadh avec mes petits cousins et cousines. C’est à ma grand-mère maternelle, Lalla Khnata, que je dois aujourd’hui mes talents de cuisinière. Mes parents sont restés ancrés à Fès, ma grande famille est à Casablanca et j’ai fait de Marrakech aujourd’hui un pied à terre, ville où je me suis mariée et dans la quelle je me rend fréquemment. New York est ma grande histoire d’amour, je suis tombée amoureuse de cette ville dès mon premier voyage en tant qu’étudiante et j’en ai fait ma maison depuis plus d’une décennie!

Quelles études avez-vous poursuivies et pourquoi ce choix d’étude ?

Jai fait une License en Linguistiques Anglaises a l’Université Sidi Med Ben Abdellah à Fès, et j’ai enchaîné avec un Masters en Etudes de Médias et Communications à Hunter College, New York. Mes études ont été un point focal dans ma vie et un pont vers ma carrière d’aujourd’hui.

J’avais ciblé ce domaine car j’en étais passionnée et convaincue de ma capacité d’y réussir. Chose que j’aimerais transmettre avec ferveur à travers cette rencontre avec Visage du Maroc, il faut rêver le rêve et y croire passionnément, le ciel deviendra la limite!

Vous rappelez-vous quand et comment vous avez eu envie de vivre le rêve américain ?

J’ai appris la langue anglaise à un très jeune âge en étant étudiante au centre américain de Fès. Grandissant avec un papa éducateur, les études étaient un focus primordial. le rêve américain avait commencé très tôt. Je regardais la série américaine  « Fame » avec mes parents et je leur disais : « ce sera moi un jour, je vais partir aux Etats-Unis et vivrai un jour comme eux  dans la grande ville de New York ». Quand j’ai décroché mon Baccalauréat, à 17 ans à peine, mes parents ne pouvaient pas se permettre de me payer des études aux US.  Issue d’une famille moyenne,  le rêve américain me semblait lointain et pourtant proche. Cela dit, j’y tenais à tout prix et était déterminée à concrétiser ce rêve qui me hantait.

De Fès a NYC, comment avez-vous fait ?

Mon rêve m’avait poussée à postuler pour plusieurs programmes d’échanges culturels et universitaires, dans l’espoir que mes références académiques finissent par me mener à destination. Après plusieurs tentatives, j’ai été acceptée dans un programme d’échange culturel qui m’a permis de passer un an en Floride. Ce fut le début de la plus grande aventure de ma vie, par la suite je suis partie vers  Manhattan New York, où j’ai fait mes études supérieures !

En résumé , je m’étais fixée un but en tant qu’adolescente de faire des études aux Etats-Unis. Y vivre à long terme n’était pas dans mes plans à l’époque, mais « Life Happened » comme on dit!

Pourquoi avez-vous ce lien très fort avec la Diaspora marocaine ?

Je suis marocaine de cœur et d’esprit avant d’être citoyenne américaine aussi aujourd’hui. Le Maroc, mon pays natal, est dans mes veines. Je suis et demeure toujours très fière de mon pays et de mes racines marocaines. Je m’étais portée ambassadrice marocaine aux US sans titre officiel. Je suis très liée à mes sources marocaines ; ayant voyagé un peu partout dans le monde, je n’ai jamais vécu ni expérimenté une culture aussi riche que celle du Maroc. Rencontrer d’autres marocains du même esprit, les encourager et servir de mentor des jeune marocain(e)s qui venaient d’atterrir aux USA, était devenu une passion. Par la suite, c’est devenu une mission à travers deux organisations, d’abord l’AMPA, ( American Moroccan Professionals of America) où je tiens un poste de chargée de Marketing et Communications; par la suite, j’ai rejoins l’AMCN ( The American Moroccan Competencies Network) un autre groupe de Diaspora experts dans plusieurs domaines relatifs aux Finances, Sciences, Télécom et autres secteurs. Je suis très passionnée par l’esprit d’entreprenariat, et je voulais rencontrer d’autres marocains comme moi et m’inspirer également de leurs parcours. Le réseautage était un pont solide pour accomplir ma mission. LKH Consulting Group, une petite agence de Com était née en 2015. Je reviendrai là dessus par la suite.

Vous avez différentes casquettes, pouvez-vous présenter chacune d’entre elles ?

Mon boulot à plein temps chez TEGNA en Marketing digital me prend entre New York, LA et d’autres états aux USA où je mets mon expertise en Digital numérique au service de mandats et clients dans différents secteurs. Je suis au quotidien en avant plan de grandes campagnes publicitaires digitales où j’aide des clients comme Nike, Microsoft, Citibank, Ralph Lauren, Chanel et autres à mettre en avant leurs produits et prestations. Mon journalier est entre le client et leur agences publicitaires. Un rôle de « Match Maker » entre la marque et le consommateur.

En 2015 j’ai lancé LKH Consulting Group, une agence marketing et branding au service de compagnie et entités, Franco et Arabo marocaines à l’étranger, cherchant à s’installer aux US. Une petite entité que je continue à grandir commemon temps me le permet.

Aujourd’hui, en  parallèle de mes deux casquettes, j’ai Co-fondé Hulm Bazaar, www.hulmbazaar.com, une plateforme e-commerce dédiée a l’import de produits artisanaux 100% marocains en Amérique et au Canada. Le but de Hulm Bazaar est de faire rayonner l’artisanat Marocain en Amérique et éventuellement partout dans le monde. Ma co-fondatrice étant dans le e-commerce avec une experience américaine et européenne pour plus d’une dizaine d’années, et de mon côté avec ma carrière digitale, notre partenariat était une recette à succès. Hulm Bazaar est né en plein crise sanitaire, on y a mis nos deux expertises à la base pour aider tous ces artisans marocains qui ont souffert durant la pandémie.  Un projet conçu initialement à partir d’un petit cachet philanthropique et notre humble contribution microcosmique à l’univers. Aujourd’hui Hulm Bazaar est une entreprise Marocco-Américaine puisant ses forces chez deux expertes dans le monde digital et e-commerce dans deux continents : Les Etats Unis d’Amérique et le Maroc. Et le rêve, Hulm continue…

En dehors de votre carrière , qu’est ce qui est le plus important pour vous ?

Ma FAMILLE !!! Ma famille est aussi importante que ma carrière. Elles se nourrissent l’une de l’autre. Jamais je ne serais la femme accomplie que je suis aujourd’hui sans mon soutien familial. Le challenge était de partir si loin et d’être loin de ses parents, frères et sœur, du pays. Etant l’aînée d’une fratrie de quatre, j’ai toujours continué à remplir ce rôle de grande sœur de loin, étant leur mentor et leur exemple. Restant toujours soudée et liée à eux, encore plus fort que jamais.

Et si vous nous parliez de vos passions ?

J’adore courir et faire du Yoga. Je suis une yogi depuis 17ans. Le Yoga me permets de rester centrée et m’apporte un équilibre morale et indispensables au quotidien dans ma vie New Yorkaise. Courir me libère et me donne des ailes. D’ailleurs, je me suis lancée des défis de semi-marathon de New York et Brooklyn. Aujourd’hui je me prépare pour le semi-marathon de New York le 19 Mars 2023, avec pour objectif de faire le Marathon de New York en Novembre la même année . Je voyage souvent avec ma fille qui a 13 ans aujourd’hui, Leena, on prend un plaisir immense à découvrir d’autres cieux et contrées à chaque opportunité possible. Ma fille reste ma plus grande passion !

Pensez vous que vous auriez réussi de la même la manière si vous étiez restée au Maroc ?

Non. Mes rêves étaient plus grands que mes ressources dans le temps et mon réseau de soutien. Je pense que j’aurais réussi d’une autre façon, me connaissant, mais pas au rythme et calibre réalisé en Amérique. Un savoir faire et une maturité établis avec l’âge et l’expérience ont fait également que l’on se trace un chemin réel et pratique dans la vie. Je suis autant réaliste que rêveuse et j’ai appris à transformer mes dures épreuves et défis, rencontrés dans ma vie, en exploits. Je pense qu’aujourd’hui le Maroc présente plusieurs opportunités pour nos jeunes marocain(e)s.  Nos jeunes doivent toutefois faire preuve de dure labeur et de résilience. Les Etats-Unis sont un pays d’opportunités, mais qui toutes fois ne nous sont pas offertes gratuitement, il faut travailler très dur,  mais on réussit quand même tôt ou tard à récolter les fruits de ses efforts.

Quelle est votre plus grande fierté ?

En premier, les valeurs humaines que mes parents ont instauré en moi et qui font de moi la femme que je suis aujourd’hui . Je ne serais rien sans mes parents, ma famille.  L’amour, le respect, la « kanaaa », cette esprit de satisfaction de peu qui peut faire notre bonheur humain, et la compassion pour l’autre. L’amour sans attente que je manifeste et témoigne envers les gens que j’aime et qui m’inspirent. Et je reviens ici sur mon plus grand exemple dans ma vie, ma famille, mon papa, ma maman chérie.

L’une de mes plus grandes fiertés est ma fille Leena et le don de maternité que j’ai pu avoir grâce à sa présence dans ma vie. Leena m’inspire tous les jours, elle m’apprend à vivre, à garder le sourire et à aimer. Elle me donne le cadeau de la vie qui est  « l’amour dans la joie ». Elle est mon soleil, ma plus grande fierté !