Khadija Ihsane

« Ne vous laissez impressionner par personne ni par quoique ce soit ! Gardez la tête sur les épaules et maintenez une constance dans la poursuite de vos rêves ! »

Née le 01/10/1982
À Marrakech
Vit à Rabat
Poste actuel : Journaliste / Présentatrice MEDI1TV

Quelles sont vos origines et où vivez-vous ?

Je suis fière de mes origines du Souss… Mon père (Paix à son âme) est originaire d’un village qui s’appelle Asserrargh mais s’était établi avec sa maman après le décès de son papa à Taliouine (Capitale mondiale du Safran). Il tenait à ce qu’on garde une connexion avec nos origines et notre terre et il y a ainsi fait construire une demeure pour les réunions de famille. Du côté de ma maman, originaire de Rissani dans le Tafilalet, je descends d’une lignée de nomades et d’ailleurs je perpétue (Un peu malgré moi) cette tradition puisqu’en 15 ans de vie professionnelle, j’ai déménagé plusieurs fois entre Rabat et Tanger.  Je suis retournée vivre à Rabat depuis Janvier dernier et je m’y sens très bien Hamdoullah ! 

Quelles études avez-vous poursuivi et pourquoi ce choix d’études ?

Un baccalauréat en Sciences Mathématiques en poche, j’ai été acceptée à l’université Al Akhawayn pour y poursuivre des études d’ingénierie. Mais j’ai finalement opté pour des études en Sciences Humaines (Spécialité Médias). La raison est toute simple : je préfère communiquer avec des personnes plutôt que des machines. J’ai d’ailleurs été recrutée pendant le « Salon de l’Emploi » pour rejoindre la toute première équipe de MEDI1SAT. 

Vous avez fait toute votre carrières chez Médi1 mais à différents postes , pouvez-vous nous en dire plus ?

J’ai commencé au bas de l’échelle, en tant qu’assistante de rédaction. La cause, la mauvaise bonne idée que sans un diplôme d’école de journalisme, on ne pouvait pas exercer le métier de journaliste. D’autant plus que la proposition de devenir speakerine ne m’intéressait pas surtout avec le diplôme couteux pour lequel je remercie mon Papa et tous les efforts que j’ai fourni pour obtenir ce Bachelor ! Alors, j’ai dû faire mes preuves et travailler des heures supplémentaires pour apprendre le métier.  Ma chance a été d’avoir été encadrée par les meilleurs (Ryad Maassaass, Denis Wittenberg ou encore Marc Saikali pour ne citer qu’eux). J’ai commencé l’antenne en lançant le premier journal boursier incarné de la région « Point Bourse ». Ironie du sort, mon inspiration journalistique a toujours été Maria Bartiromo, première femme à présenter un journal financier depuis Wallstreet. Ensuite, j’ai lancé le journal économique. S’en suivit en 2012, des reportages sur le terrain en court et long format. En 2011, j’ai été sollicitée pour présenter le premier Talkshow infotainment en direct et en arabe « Msa Lkhir » depuis nos studios fraichement construits à Rabat. L’expérience a été pleine de belles rencontres et d’enseignements. C’est là où je me suis découvert un penchant pour l’interview et le débat. Mais juste après, retour au siège tangérois de la chaine pour y présenter le Journal Télévisé. Vint ensuite la saison des matinales, je suis fière d’avoir pu boucler deux ans à réveiller les gens et leur ouvrir les fenêtres sur l’actualité dès 6H00 du matin ! Là encore c’était une première pour le paysage audiovisuel marocain et une première aussi pour moi de me réveiller chaque nuit à 2:30 pour aller travailler! J’ai enchainé avec ma première émission hebdomadaire de débat : Hebdo Eco. Eco pour économie car c’est mon domaine de prédilection. J’ai parallèlement préparée et animée une rubrique « l’invité de la rédaction », où je recevais chaque semaine entre 4 et 5 personnalités différentes et de tout horizon (Culture, monde des affaires, politiques, ou acteurs associatifs ….). Ensuite avec l’avènement de la pandémie, l’émission s’est transformée en quotidienne , j’y traitais des sujets d’actualités et notamment les effets considérables de la COVID sur notre économie. Cette émission de 26 minutes a permis à la majorité des représentants des différents secteurs d’avoir une tribune pour exposer leurs réalités. Et certains appels ont été entendus par les autorités compétentes, et je n’en suis que très fière ! Et depuis le 1er Novembre 2021, je prépare et anime ma quotidienne « Questions d’actu » une émission d’analyses, de débat et de pédagogie autour d’une thématique d’actualité.

Avez-vous déjà pensé à faire carrière à l’étranger ?

Non, d’abord pour des raisons familiales et aussi car je ne compte pas servir d’autres agendas que celui de mon pays, le Maroc ! 

En dehors de votre carrière qu’est ce qui rempli votre vie ?

Ma famille et mes amis. Les discussions nourrissent la spiritualité et l’intellect. Le partage nourrit l’âme. Le sport et particulièrement ma passion : la plongée sous-marine que je pratique dès que j’en ai l’occasion (ou je la crée). Je choisis mes lectures et mes podcasts en fonction de mes besoins professionnels et/ou personnels.   

Pourquoi faites vous ce métier ?

Parce qu’il me passionne et me donne envie de le pratiquer chaque jour.

Quelles ont été les interviews les plus marquantes de votre carrière et pourquoi ?

Ouf, il y en a eu un paquet car chaque interviewés(ées) est unique. Mais quelques exemples de moments forts : une discussion en OFF avec la patronne du FMI Christine Lagarde sur les bijoux berbères. Elle, portant des boucles de l’Atlas et moi une broche en fibule de ma grand-mère. Il y a eu aussi l’interview avec le chef de la diplomatie américaine Anthony Blinken sur une terrasse d’un Riad de la Medina de Rabat, j’ai particulièrement stressé de par le staff qui m’entourait et veillait sur le timing et de la peur qu’il commence à pleuvoir ☺… Il a commencé à pleuvoir juste après l’interview ! Et une interview qui m’a émotionnellement beaucoup touchée c’était avec Mme Aicha Chenna (Paix à son âme).  

Comment faites vous pour choisir vos invités ?

Pour les débats, je veille à ce que l’équilibre soit respecté et que toutes les composantes de tel ou tel secteur ou thématique soit représentées. Ce n’est pas un exercice facile mais cette gymnastique garde mon cerveau en veille. D’ailleurs je suis constamment à la recherche de nouveaux profils soit en assistant à des conférences ou sur les réseaux sociaux. 

Quel message aimeriez-vous donner aux jeunes filles qui vous regardent à la télé ?

Ne vous laissez impressionner par personne ni par quoique ce soit ! Gardez la tête sur les épaules et maintenez une constance dans la poursuite de vos rêves ! 

Quels sont vos projets pour les moyen et long termes ?

« Que sera sera » … InchaAllah !