Meryem Zaïmi

« Je prends du plaisir en jouant et en incarnant les personnages à toute opportunité, j’aime mon travail, ça me passionne »

Née le 06 octobre 1983
À Fès
Vit à Rabat
Poste actuel : Actrice

Quelles sont vos origines ?

Je suis d’origine Zerhounie de père et de mère , mais j’ai grandi un peu partout au moyen Atlas  de notre beau pays.

Comment avez-vous atterri à l’ISADAC ?

Par hasard , par pur hasard . J’étais en deuxième année littérature anglaise à la  faculté de lettres de Rabat , et j’ai croisé quelques étudiants de l’ISADAC qui m’ont invitée à voir leur école et assister à leurs exercices ouverts au public , je suis tombée amoureuse de l’ambiance, de la vibe , des locaux , de la formation  et très contente  du fait qu’un institut étatique pareil existe . Donc j’ai fini ma deuxième année à la faculté, me suis préparée pour le concours et ai atterri en conséquence à l’ISADAC l’année suivante .

Quel a été votre premier job de comédienne et avez-vous galéré à vos débuts ?

Mon premier travail c’était la pièce de théâtre  “l Bacha Hamou “avec Mohamed Lhor . Juste après hamdoulah les projets se sont succédés entre pièces de théâtre, téléfilms et séries jusqu’aujourd’hui . Donc je peux dire que je n’ai pas vraiment galéré.

Préférez-vous le théâtre, la télé ou le cinéma ?

Le théâtre c’est la source , l’origine, la maison , là où je me recharge à chaque fois autant que je peux. Le plaisir  que je  retrouve sur les planches n’existe nul part. L’interactivité avec le public lors des représentations est incomparable. Cette force que je ressens sur scène est unique , le ICI et le MAINTENANT du théâtre est  vraiment magique pour moi. Pour la télé et le cinéma même si on triche beaucoup , même si on attend beaucoup plus qu’on ne travaille on y trouve cependant du goût aussi.  Même si c’est stressant de  découvrir le résultat final en même temps que le public on y trouve en revanche du goût aussi … Il  faut dire que suis une obsédée de jeux , je prends du plaisir en jouant et en incarnant les personnages à toute opportunité, j’aime mon travail, ça me passionne.

Quel serait pour vous le projet idéal ?

Une belle histoire bien ficelée , bien préparée et tournée dans des  conditions favorables et adéquates … donnent lieu à un projet qui serait idéal.

En plus de l’acting, vous écrivez … Qu’est-ce qui vous a poussée à l’écriture ?

C’est mon imagination qui me prend à chaque fois et à partir de rien dans des mondes intéressants et des histoires qui me touchent . J’ai décidé donc d’en mettre un peu sur papier et voir ce que ça va donner.

Pouvez-vous nous parler du film que vous êtes en train d’écrire ?

C’est une petite histoire qui relie mes deux passions , l’acting et la danse . Une romance (j’adoooore l’amour hhh) servie sur une nappe de Salsa . Je n’en dis pas plus mais ça va être un joli film j’espère.

Qu’est-ce que cela vous a fait d’incarner Fatima Mernissi ?

Une grande fierté et un honneur, d’ailleurs je remercie énormément Mr Abderrahmane Tazi pour cette belle et énorme opportunité qu’il m’a offerte . Fatima Mernissi … ce personnage m’a poussée à me challenger en bonne et due forme… il fallait que je sois elle , que je lui ressemble, que je parle comme elle, que  je marche comme elle. Il fallait que je l’incarne dans toutes ses étapes de vie … ce personnage m’a fait vivre  des sensations très fortes pendant et après le tournage … j’ai eu peur j’ai eu de la peine , j’étais contente et excitée de jouer ce rôle, mais j’avais aussi un poids que j’ai trimballé avec moi depuis que Mr Abderrahmane Tazi m’a contactée un an et demi avant le tournage : le poids de la responsabilité. Fatima est une fierté du pays, c’est une référence de militantisme et de littérature au Maroc … donc je n’ai aucunement droit à l’erreur … c’est soit que je le réussisse soit que je me tue moi-même.

Quel est le dernier livre que vous avez lu et qu’en avez-vous retenu ?

“Le pouvoir du moment présent” de ECKHART TOLLE. Ce livre t’invite à chercher en toi qui tu es , ce dont tu as besoin. C’est un petit rappel pour chercher en soi les solutions,  la paix, la source, le faux, le vécu , la réalité , le vrai, le TOI.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes qui aimeraient suivre votre exemple ? Il ne faut jamais baisser les bras. Si vous aimez vraiment ce métier ne laissez jamais ses conditions ou ses contours éteindre la flamme que vous avez en vous , que vous avez dans les yeux … luttez , travaillez avec cœur avec amour et croyez-moi cela fera œuvre utile pour vous . Pas d’argent hhh mais beaucoup d’amour, d’admiration, d’estime, de respect et de reconnaissance.