Dourra El Omari

Events Manager Freelance

“La nouveauté a été et demeure ma locomotive”


Quelles sont vos origines ? Où vivez vous ?

Je suis née et j’ai grandi à Rabat. Si je devais me définir, je dirais que je suis moitié rbatie, moitié Oued Zem. Il m’arrive de ne plus savoir où je vis! (rires). Je me déplace beaucoup au gré des missions qui me sont confiées. Ma ville de résidence demeure Rabat.

Quand et comment s’est opéré le déclic pour le monde de l’événementiel ?

Cela remonte à une vingtaine d’années… J’étais encore étudiante. Une amie m’a proposé de travailler pour le Trophée Hassan II de Golf. Ce fut mon premier contact avec le monde de l’événementiel. Depuis cette première expérience, tous les postes que j’ai occupés ont eu trait à la communication. Dans la plupart des cas, je prends en charge la gestion des événements.

Qu’est ce qui vous plait le plus dans votre métier ?

La diversité des projets, les nouvelles rencontres, les voyages… Travailler sur un projet, le développer et le voir se réaliser pour passer à un autre complètement différent me procure une grande satisfaction. Je ne supporte pas la routine, elle me démoralise et anéantit toute mon énergie. Travailler sur des projets à court terme me permet justement de contourner cette routine. D’autant plus que l’événementiel est un univers où l’on apprend en continu, où l’on innove constamment…

Qu’est ce qui vous a donné envie de passer du salariat au freelance ?


Le freelance me permet de profiter pleinement de ma liberté. Je suis libre d’organiser mon travail comme je l’entends, de choisir ma clientèle et même de
travailler avec les personnes que je souhaite.

Trophée Hassan II de Golf, Festival international du film de Marrakech, Future investment initiativevous travaillez pour plusieurs comptes prestigieux. Sur quels critères choisissez-vous vos clients ?

Je dois cela, tout d’abord, à mon expérience, mais aussi à mes collègues, au bouche à oreille, aux rencontres faites durant les événements, aux réseaux professionnels tels Linkedin, à mes amis… Mon choix est plutôt déterminé par le feeling. Si le « courant passe » avec le client, j’accepte la mission… sinon, je décline l’offre sans me retourner (rires). Plus sérieusement, je m’assure, tout d’abord, de la bonne réputation du client sur le marché car je n’engage pas seulement ma personne mais aussi tous mes contacts, mes fournisseurs… Dieu merci, j’ai eu la chance, à ce jour, de travailler avec des agences d’événementiel sérieuses, que ce soit au Maroc ou à l’international. Vous savez, avec le temps, on apprend vite à discerner les gens sérieux des autres.

Vous êtes actuellement en train de préparer le Festival international de la mode en Afrique. Parlez nous un peu plus de cet événement et de votre apport ?

Le FIMA est un festival qui célèbre la créativité africaine dans les domaines de la mode, de l’art et de la beauté. Cette 11e édition est inédite puisque le festival s’exporte de son pays d’origine, le Niger, pour la première fois de son histoire. Il aura lieu à Dakhla, porte de l’Afrique, du 21 au 24 novembre 2018.

Je suis en charge de la coordination générale de l’événement. En d’autres termes, je chapeaute la production, le suivi des budgets, la constitution des équipes… Je ne vous en dis pas plus ! Je vous invite à prendre rendez-vous à Dakhla, en novembre prochain, pour découvrir cet événement qui promet d’être un haut lieu de la beauté et de la créativité.

Une femme qui dirige de grandes équipes, constituées majoritairement d’hommes, est ce un avantage ou un handicap ?

Je n’ai jamais été avantagée ou handicapée en tant que femme. Les hommes et les femmes travaillent autant et aussi bien les uns que les autres. Tout le monde en est conscient et tous effectuent leur part de travail sans aucun problème.

Quel est votre leitmotiv ?

La nouveauté a été et demeure ma locomotive. Aller jusqu’au bout de ses projets.

Votre conseil pour les jeunes qui aimeraient faire de l’événementiel leur métier ?

Les jeunes qui aiment l’organisation, la concrétisation rapide des projets, la nouveauté et ne craignent nullement les longues heures de travail ne doivent pas hésiter à se lancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *